Cent pour un Toit 01

  • Facebook

100 personnes qui s'engagent à verser 6€ par mois pour financer un logement

Contactez-nous

Sans toit mais pas sans droits

  • Nouveau : un appartement en colocation

    À son origine, notre association s’est donné comme objectif l’hébergement des familles avec enfants. Elle vient de prendre une option supplémentaire, sans abandonner sa vocation initiale, en prenant un appartement en colocation pour de jeunes apprentis.

    Publiée le 29 juillet 2020 Lire

  • Covid-19, chèques services pour l’aide alimentaire

    Par 2 fois, début avril et début mai 2020, l’État a distribué des chèques services pour aider les personnes les plus en difficulté à acheter des produits alimentaires et d’hygiène. Par l’intermédiaire d’Emmaüs, Cent pour un toit-01 a pu distribuer des chèques service à chaque personne hébergée.

    Publiée le 26 mai 2020 Lire

  • Les vrais chiffres de l’asile

    En 2019, 132 614 demandes ont été enregistrées à l’OFPRA, dont 123 530 premières demandes (mineurs accompagnants inclus) et 9 084 réexamens. 95 577 décisions, hors mineurs accompagnants, ont été prises par l’OFPRA, soit une augmentation de 2,1 % par rapport à 2018. L’OFPRA a pris 22 532 décisions d’accord contre 24 613 en 2018.

    Publiée le 2 mars 2020 Lire

  • 13e appartement : une belle histoire de solidarité

    À l’origine de l’association, les donateurs n’avaient aucune idée des personnes que nous allions héberger. Ils savaient seulement que c’étaient des familles avec enfants, déboutées du droit d’asile depuis plusieurs années en errance, d’un squat à un logement précaire ou à la rue. Et puis des donateurs se sont mobilisés autour de familles souvent expulsées des foyers. Ainsi sont nés les groupes locaux d’Ambérieu en Bugey, du Haut Bugey et du Poisat. Et puis au milieu de l’été 2019, une nouvelle initiative.

    Publiée le 23 février 2020 Lire

  • La France, championne des OQTF

    La France est le pays européen qui prononce le plus d’Obligations de Quitter le Territoire (OQTF – près de 105 000 prononcées en 2018, plus de 80 000 en 2017), mais aussi celui qui privilégie le plus l’expulsion forcée, se dotant d’un arsenal législatif toujours plus répressif.

    Publiée le 12 février 2020 Lire